Projet de redéfinition du temps de travail des agents de la restauration scolaire

Voici plus d’un an, la direction de la Caisse des écoles a été chargée par les nouveaux élus de réorganiser le temps de travail des agents travaillant dans les restaurants scolaires de Limoges.

Il faut dire que beaucoup d’inepties et de non-respects du droit des agents régissaient la vie de nos collègues dans les cantines scolaires et ce, depuis des années, dans la plus parfaite inégalité et illégalité…

Les titulaires, non titulaires, temps non-complets et temps partagés (écoles et restaurants) pouvaient donc espérer que le nouveau projet présenté par la Direction apporterait enfin une certaine lisibilité dans leur planning et le fonctionnement de leur service.

Si le projet se met en conformité pour l’essentiel avec la règlementation, la seule volonté réelle de l’administration sur ce dossier est de supprimer les quelques 1800 heures de remplacement par an des 140 agents affectés à la restauration.

Travailler moins (longtemps) pour souffrir plus !

 

Ainsi, pour « économiser » l’équivalent de 1,12 temps plein, le projet, qui doit passer devant le Comité Technique le 11 décembre prochain, prévoit de réduire le temps de travail dans les restaurants de 30 mn par jour.

Les agents devraient donc effectuer le même travail en 8h30 au lieu de 9 heures actuellement. C’est tout simplement impensable !

Lors des multiples réunions préparatoires entre l’administration, la Caisse des écoles, les représentants du personnel et les personnels eux-mêmes, La FSU n’a eu de cesse de rappeler que les agents des restaurants scolaires étaient confrontés à un des métiers physiquement les plus exigeants de la Ville. Celui-ci est exercé majoritairement par du personnel féminin et les conditions de travail actuelles (chaleur, bruit, milieu humide, port de charges lourdes,…) sont responsables des nombreux arrêts et accidents de travail et des non moins nombreuses demandes de reconnaissances de maladie professionnelles !

Les remplacements se font au « goutte à goutte », accentuant les difficultés pour nos collègues de rendre un service de qualité aux jeunes enfants de notre ville. Si certains restaurants s’en tirent mieux que d’autres, la grande majorité des établissements souffre ainsi de manque de personnel dû à ces conditions de travail difficiles et les 9 heures allouées à la, préparation des repas au service et au nettoyage ne sont pas de trop pour effectuer un travail de qualité.

La FSU s’inquiète donc de ce mauvais calcul d’économie car il parait évident que d’accroître la charge journalière de travail va amplifier les arrêts et accidents de travail dans les restaurants. C’est mathématique !

Lors de la préparation du CT du 11 décembre, Le Directeur Général Adjoint a dit qu’il ne croyait pas à cette hypothèse et qu’un bilan serait fait au bout d’une année de mise en place des nouveaux horaires…

La FSU a alors rappelé que la règlementation du CHSCT (Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail) imposait à l’employeur de s’assurer avec certitude que le changement de la durée de travail pour le personnel n’aurait aucun impact sur la santé des agents. Or, aucune étude n’a été conduite en ce sens !

La municipalité prend ainsi le risque de voir son projet annulé pour non-respect des règles en matière des conditions de travail des agents de la collectivité…

POUR LA FSU CE SERA NON !!

Malgré des contre-projets apportés par les agents au travers des organisations syndicales de la Ville, aucun changement n’a été envisagé sur les horaires par l’administration.

Lors de la dernière Assemblée Générale organisée par l’intersyndicale au mois de septembre dernier, les agents ont massivement (91,7%) exprimé leur rejet du projet présenté par la Caisse des écoles. Le courrier commun de la FSU, la CGT et l’UNSA, adressé au maire de Limoges (le syndicat FO s’étant automatiquement exclu de l’intersyndicale en essayant, seul, de modérer la colère des collègues) a relayé cette volonté des agents de rester à 9 heures de travail par jour.

Une dernière réunion entre les agents et les organisations syndicales se tiendra le 3 décembre 2015 pour définir les modalités d’action à entreprendre dans les semaines à venir.

Le reste du projet n’est pas parfait. De nombreux sujets (temps non complet, travail en extérieur, indemnité de permanence pour le Lioran) ne trouvent pas de solutions satisfaisantes. Nous aurons donc ici l’occasion d’en reparler.

Quoi qu’il en soit, à moins d’un revirement de situation exceptionnelle, la FSU votera CONTRE le projet présenté par l’administration lors du prochain CT de la Ville.

Eagle 4

 

partager:

Commentaires fermés.