Restaurants scolaires : Quand les mensonges s’ajoutent à l’intimidation!

Nous sommes impressionnés (et flattés) de voir à quelle vitesse les dirigeants du  syndicat FO ont réagi à l’annonce de la CGT et de la FSU (tiens? l’UNSA a disparue???) d’accompagner le mouvement de grogne et de grève de nos collègues des restaurants!

Répandre ainsi en moins de 24H, au travers d’un tract recto verso, autant de stupidités et de contre-vérités relève de l’exploit. A croire qu’ils n’ont que ça  à faire…

A notre tour de rentrer dans un conflit syndical que nous ne souhaitions pas. Après tout, c’est le Week-end. J’ai le temps…

Et  il y a des limites au masochisme!

1)  L’ombre du syndicat majoritaire ne fait peur à personne et surtout pas à la FSU qui a bien failli lui donner une fessée déculottée lors des dernières élections échouant  à quelques voix de l’éléphant FO (qui était alors rose…). Nous n’avons pas besoin de publicité au travers d’actions particulières. Le travail fourni par notre syndicat a été récompensé lors de ces dernières élections alors même que le syndicat majoritaire voyait sa domination d’antan fondre comme neige au soleil. Notre indépendance de toute pression politique ou patronale a été récompensée ce qui nous donne à penser que nous sommes dans le VRAI!

Envisager et mettre en place une action de grève demande par ailleurs une débauche d’énergie que ne peuvent connaître les dirigeants actuels de FO, car ils n’ont jamais eu le courage d’en organiser une eux-mêmes, préférant la capitulation et les petits arrangements entre « amis » au combat clair et loyal d’autres formations syndicales telles que la FSU (cqfd).

Représenter les personnels, ce n’est pas accepter le moins pire, mais défendre les acquis et en obtenir de nouveaux tout en conservant des conditions de travail acceptables pour nos collègues. Et surtout, représenter les personnels, c’est respecter leurs décisions devant les instances.

Comment peut-on ainsi revenir sur le vote de l’assemblée générale des personnels des restaurants du mois de juin, en essayant de faire admettre que le projet présenté par le Directeur, (sur lequel les représentants FO ont tiré à boulets rouges pendant tant de temps) n’est pas si mauvais que cela et  en tentant, sans en informer les autres Syndicats, d’intimider nos collègues, poussant même jusqu’à la menace facile de suppression de restaurants et donc de postes?

Nous le maintenons ici! En agissant ainsi en sous marin, FO s’est auto-exclu de l’Intersyndicale! Nous avons pris acte des stupides agissements de ce syndicat et donc décidé avec la CGT et l’UNSA (??) de maintenir le dialogue avec nos collègues de travail pour faire aboutir leurs revendications.

2) Nous n’avons jamais prétendu que FO avait signé un accord avec l’administration. Nous nous sommes simplement interrogés sur le pourquoi de tels agissements envers nos collègues. Cela dit, l’Histoire, à la Ville de Limoges, nous a appris qu’il fallait se méfier des négociations de couloirs. Cela a été vérifié récemment lorsque le maire à remercier publiquement FO sur un dossier présenté au Comité Technique alors même qu’il n’avait pas été débattu en séance, pour sa collaboration à l’acceptation de ce dernier!

Nous sommes néanmoins satisfaits d’apprendre que les élus FO voteront contre le projet lors du CT du 16 décembre, malgré la débauche d’énergie employée à faire admettre à nos collègues qu’il n’est pas si mauvais que cela…

 OUI! FO joue les pompiers de service! Nous le maintenons!

Pas besoin de reprendre ce qui est diffusé ci-dessus, tout le monde l’aura compris!!! L’éléphant (désormais bleu) lave les esprits et trompe son monde :)…

3) Comment FO peut-il dire qu’il négociera jusqu’au bout le projet alors même que nous avons tous entendu de la bouche du directeur général adjoint lors de la préparation du Comité Technique, qu’il n’y aurait pas de négociations sur la demie-heure, principal point d’échauffement?

Si négocier jusqu’au bout signifie commencer à poindre le bout de son nez quand le travail a été fait par les autres et obtenir des avancées insignifiantes, alors nous lui laissons ce plaisir!

Nous rappelons que dans toutes les négociations avec l’administration et la direction Jeunesse, la FSU a porté l’essentiel des revendications des agents appuyée par la CGT.

A aucun moment, nous n’avons entendu les représentants de FO s’indigner ou proposer des idées sur tel ou tel point du projet . Ils sont restés d’un mutisme surprenant de même que leurs amis de l’UNSA. Il est donc grand temps de se réveiller, « camarades »!

4)  CE QUE FO A OBTENU LE 1er DÉCEMBRE ???? RIEN!!!

  • l’heure d’embauche à 7H30 ? Déjà obtenue, dès le départ des négociations!
  • l’heure du trajet au mas Éloi ? Déjà obtenue, dès le départ des négociations!
  • 12 agents au lieu de 11 au Lioran ? Les agents sont contre les multi-équipes!
  • 1 jour de repos pour 3 travaillés au Lioran? Là, la réponse est plus longue… dans la filière technique, la règlementation ne prévoit pas de compensation en heures ou en jour mais en argent sonnant et trébuchant! L’accord trouvé en groupe de travail  (et non pas négocié par FO) ne peut légalement être suivi d’effets. Les agents qui sont « envoyés » au Lioran (ou ailleurs) et qui ne peuvent vaquer librement à leurs occupations ou rentrer chez eux après leur service doivent être considérés comme étant à la disposition de leur employeur sans qu’il y ait de travail effectif. Ils sont  donc de permanence, ce que nous affirmons et revendiquons. Dans ce cas précis, le montant de l’indemnité s’élève à plus de 440 € pour une semaine complète!! Bien loin d’un jour récupéré pour trois travaillés (ce qui est, soit dit en passant, une régression par rapport à ce qui existait avant…)!
  • Enfin, si la prise en compte du repas des mi-temps est bien une avancée, elle faisait partie des négociations déjà accordées puisque le Directeur de la caisse des écoles l’avait proposée par téléphone au secrétaire de la FSU!

Hors mis ce dernier point, toutes les « avancées » soulignées et revendiquées dans son tract par FO ne peuvent émaner de pseudo-négociations qui auraient eu lieu le mardi 1er décembre entre ce syndicat et l’administration…

PUISQU’ELLES FONT PARTIES DU DOSSIER PRÉSENTÉ LORS DE LA PRÉPARATION DU COMITÉ TECHNIQUE LE… 25 NOVEMBRE!!!

Comment peut-on être aussi convainquant quand on pratique si maladroitement le mensonge?

Enfin, sur l’efficacité d’une grève d’une journée entière en cas d’échec des négociations lors du C.T., ce que propose FO.

Bien évidemment, une journée d’économie sur les salaires des agents, sans que cela ne coûte rien (ou presque) à la collectivité, nous sommes certains que notre patron pourra l’accepter ! Sera-ce plus efficace que celle de  deux heures, au moment du repas des enfants, que nous proposons? Rien n’est moins sûr… L’avenir nous le dira ! En tout cas Nous, la FSU, (nous ne pouvons parler qu’en notre nom sur notre site, vous le comprendrez, camarades CGT…) nous serons là pour épauler nos collègues qui ont approuvé une nouvelle fois cette action de grève à plus de 93% lors de l’assemblée générale d’hier.

N’oublions pas chers « camarades » de FO, qu’un préavis de grève de 5 jours francs est déposé avant toute action de grève, ce que nous avons fait conjointement avec la CGT aujourd’hui. Ce préavis impose à l’administration l’obligation de négociations avec les représentants du personnel, ce que nous sommes tout à fait disposés à faire, quoi que vous en pensiez!

Nous serions si fiers d’avoir à nos côtés de vrais syndicalistes FO, comme ceux qui défendent courageusement en ce moment à Brive, les collègues territoriaux de la municipalité contre la suppression des congés imposés par leur maire!

Peut être un problème de différence de pointure et de courage?…Non?…

partager:

Commentaires fermés.