INCROYABLE… MAIS VRAI !

INCROYABLE… MAIS VRAI !

Voici le tissus de mensonges envoyé à la presse par la mairie, ce jour. De quoi se remobiliser la semaine prochaine, non? (et même les non grévistes d’aujourd’hui)

communiqué de presse vdl
communiqué de presse vdl

 

Si vous vouliez chers collègues, un cadeau de Noël déposé par papa Émile avant l’heure, le voici !

En gros,  et  pour résumer, un ramassis de fainéants, dirigé par des syndicats irresponsables, qui fait ce qu’il veut, ne respecte pas la hiérarchie ni les ordres donnés, qui est en vacances quasiment la moitié de l’année et voudrait être payé quand il est en grève ! Voilà comment sont perçus nos collègues des restaurants scolaires par le maire de Limoges, eux qui ont eu le courage de défendre aujourd’hui leurs intérêts et ceux des collègues non-grévistes ainsi que leur santé !

TISSUS DE MENSONGES !

Grève restaurants scolaires - Thomas JOUHANNAUD

Ainsi, le personnel aurait décidé seul de préparer le repas prévu par la direction Jeunesse et aurait débrayé 1H ?

Deux mensonges dans le même paragraphe! Tout d’abord le personnel était en grève de 11h30 à 13h30, soit 2 heures. De plus, il n’a fait qu’obéir aux ordres de la caisse des écoles en préparant, comme le prouve le message interne ci-dessous, le repas annoncé en début de mois pour ce jour précis.

—————————————————————————————————–

Envoyé : 10 décembre 2015 14:35
A :
Objet : Fw: Menu de demain

—————————————————————————————————–

Le maire oublie de dire pourquoi les journées de colonies étaient majorés!

Cette majoration en temps, illégale pour le personnel concerné, puisque technique, correspondait en fait à une indemnisation due au fait que les agents étaient bloqués sur place et ne pouvaient rentrer chez eux le soir. Ils restaient donc à la disposition de l’employeur pendant la durée totale du séjour. Cela s’appelle, dans le droit du travail et de la fonction publique territoriale, de l’astreinte ou de la permanence, et est compensé, après délibération du Comité Technique et du conseil municipal, par le versement d’une indemnité d’astreinte ou de permanence.

Ainsi, pour un agent gagnant en moyenne 60 € bruts/jour, on accordait 18 € les jours de semaine et 120 € le dimanche, ce qui représentait 228 € supplémentaires pour une semaine complète de permanence, ce qui ne paraissait pas être exagéré pour un dédommagement… et ce qui est loin  des 440 € prévus par l’indemnité de permanence.

Au lieu de cela, le projet ne prévoit aucune indemnité versée aux agents en déplacement mais continue  à compenser celui-ci par une majoration en jours, pourtant illégale,  de 33% soit (transformée en euros et suivant l’exemple ci-dessus) l’équivalent de 126 € !

Comment peut-on accepter un tel marchandage?

Les agents des restaurants scolaires sont soumis aux mêmes règles que leurs collègues des autres services municipaux en matière de temps de travail , à savoir 1607H/an !

En effectuant 36 heures par semaine, le personnel des cantines travaille près de 45 semaines sur 52 et bénéficie donc de 7,3 semaines de congés par an, RTT incluse.

Comment la municipalité ose-t-elle soutenir que  (certain) personnel est en congés 5 mois sur douze, soit 16 semaines, ce qui correspond, soit dit en passant, 4 mois et non 5… ? Là encore, les calculs, même mensongers, sont faux !

Enfin, nous sommes heureux de voir que la mairie de Limoges ne demandera plus aux agents malades pendant une période de vacances scolaires où il était prévu qu’ils travaillent, de récupérer les heures non faites !!!

Pour être plus clair, lorsqu’un salarié, quel qu’il soit, tombe malade, il continue à percevoir son traitement ou salaire (hors jours de carence) et personne ne lui demande de récupérer le temps qu’il a passé en maladie, ce qui paraît normal…

ET BIEN, A LA CAISSE DES ÉCOLES: SI !!

Et s’est ainsi que des dizaines d’agents ont travaillé gratuitement des dizaines, voire des centaines d’heures pour la collectivité, et ce, pendant des années, sans que cela ne gêne qui que se soit !

Le fait que la municipalité reconnaisse aujourd’hui le droit à la maladie est une avancée qui ne résout pas le paiement ou la récupération des heures ainsi indument travaillées, ce que la FSU réclame depuis des années.

20151211_122236Pour toutes ces raisons, la FSU, accompagnée ,comme le sous-entend le maire de Limoges par la CGT, appelle effectivement tout le personnel travaillant dans les cantines à renforcer la mobilisation pour défendre ses droits le mardi 15 décembre de 11h30 à 13h30. L’assemblée Générale réunie ce jour a voté à l’unanimité la poursuite de la grève. Rendez-vous donc mardi prochain devant le restaurant scolaire de Beaublanc!

« On peut lutter pour son peuple, et vaincre,

sans cesser un seul jour de rester estimable. »

(Albert Camus)

 

 

 

partager:

Commentaires fermés.