CT/ RESTAURANTS SCOLAIRES : Le projet validé par FO et UNSA !!

 

 

LOGIQUE ET VÉRITÉ

SONT DEUX CHOSES DIFFÉRENTES !

 

Lors du Comité Technique ville de Limoges du 16 décembre, FO a voté Pour le projet de réorganisation du temps de travail dans les restaurants scolaires. Pourtant, s’ils avaient été logiques et cohérents, au regard du dernier tract sorti dans les restaurants par leur organisation syndicale, les élus FO auraient dû, comme promis au personnel des cantines, se prononcer sans aucune hésitation CONTRE ce projet.

Alors pourquoi ont-ils voté celui-ci ?

Peut-être parce que leurs motivations se situent, à n’en pas douter, ailleurs que dans la défense de l’intérêt des agents, tout simplement. C’est aussi peut-être pour cela que la distribution de leur dernier tract a eu lieu le 7 janvier 2016, (jour même de la réunion d’information syndicale), où certains adhérents de FO, non présents lors du dernier CT, se sont permis des attaques ciblées contre la porte-parole du personnel des cantines, la CGT et la FSU. Histoire d’intimider et de démobiliser, sans doute ! Et dans l’intérêt de qui ? Certainement pas des agents !

Hormis 3 ou quatre questions, qui ne concernaient pas les principaux points du projet et visiblement préparées à la hâte avec des membres de l’administration, nous n’avons à aucun moment entendu FO soutenir les revendications présentées par la porte-parole du personnel des cantines. Pourtant, on ne peut pas dire que ce syndicat ne les connaissait pas puisqu’il avait, jusqu’au durcissement du mouvement de protestation, participé activement à la construction de ces revendications…

Fidèle à son idéal, plus soucieux de ses propres intérêts que de ceux des agents, le Syndicat FO, comme l’UNSA, a donc voté sans aucune hésitation la mise en œuvre de ce projet.

 

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Les élus CGT et FSU ont refusé de participer au vote

pour les raisons suivantes :

 

  • Le projet, soumis au vote des élus du personnel par le maire, ne correspondait plus à celui mis à l’ordre du jour du CT. Il n’était donc logiquement pas possible de nous prononcer sans que les propositions du maire ne soient retranscrites dans ce dossier.
  • Les élus CGT et FSU ont demandé, sans succès, le report du dossier à un prochain CT afin qu’ils puissent consulter les personnels des restaurants scolaires sur le projet contenant les modifications apportées par le maire.
  • L’administration territoriale a refusé à nouveau l’ouverture d’une véritable négociation avec les personnels et nos organisations syndicales.
  • Enfin, parce que certains points du projet ne semblent pas respecter la législation en vigueur.

 

Comme nous ne souhaitions pas de place pour les interprétations hasardeuses, les détournements ou les omissions, des élus CT de nos organisations syndicales ont réécouté l’enregistrement, effectué par l’administration, des débats (houleux) sur ce dossier à la DRH.

Enfin, contrairement à ce qui est annoncé dans le tract de de nos « camarades », la FSU et la CGT, représentant à elles-deux plus de 51% des voix aux dernières élections professionnelles n’ont aucun problème existentiel.

Que les têtes si bien pensantes de FO se posent plutôt la question de savoir pourquoi leurs syndiqués grondent de plus en plus et pourquoi ils décident de quitter l’organisation dite « majoritaire » pour nous rejoindre.

Nous, on a bien une petite idée…

A FO, ON DIT CE QUE L’ON FAIT,

MAIS ON NE FAIT PAS CE QUE L’ON DIT !

partager:

Commentaires fermés.