Comme prévu, les négociations se feront avec les syndicats les plus dociles !

lomb

Et voilà ! Nous sommes heureux d’apprendre que les négociations vont bon train à la Ville de Limoges. Un peu surpris néanmoins que le maire se passe des avis de deux syndicats qui représentent à eux deux plus de 51% des votes aux dernières élections professionnelles de 2014… Enfin, surpris,  plus ou moins puisque nous avons pris l’habitude depuis des décennies que Force Ouvrière soit à la botte du pouvoir en place.. .

Ainsi, le maire de Limoges, qui pourtant s’était plaint lors de ses vœux au personnel d’avoir été interpellé très violemment par le syndicat FO, a choisi de négocier avec cette organisation syndicale et l’UNSA sans qu’aucune consultation du personnel ne soit faite au jour d’aujourd’hui, plutôt qu’avec la CGT et la FSU qui ont déjà organisé des rencontres avec les agents,  rencontres qui vont se multiplier dès la semaine prochaine par le biais d’heures d’information syndicale.

La FSU prend acte de cette décision mais ne baisse pas les bras pour autant. Les discussions devront également être ouvertes avec notre syndicat et la CGT au risque de radicaliser la situation et qu’éclatent au grand jour des irrégularités récurrentes qui existent à la Ville de Limoges  et qui risquent au final, si les lois qui gèrent  la Fonction Publique Territoriale sont appliquées à la lettre, de coûter beaucoup plus cher à la collectivité et au contribuable que ce que la diminution de congés au personnel ne lui rapporterait.

Si le maire prend ce risque, il en portera seul la responsabilité. Il nous paraît tout à fait indécent que le maire s’assoie sur l’avis des syndicats représentant de plus de la moitié du personnel !

La FSU va donc demander à rencontrer l’édile pour lui faire part des remontées des diverses réunions avec les personnels, mais pas avant !

La chronologie doit être respectée ! On ne négocie pas sans avoir au préalable consulté le personnel sur les propositions initiales de la mairie ! Comment les collègues considèreraient alors nos organisations syndicales si nous agissions d’une autre manière ?

————————————————————————————————————————————————————————–

La FSU devant la Mairie
La FSU devant la Mairie

Un petit mot sur la participation au mouvement de grève lancé par 3 organisations syndicales sur 4 à la Ville (seule l’UNSA n’appelait pas à la mobilisation…).

Si les chiffres annoncés par la mairie sont réels, la faible mobilisation ne touche pas que la mairie de Limoges, mais aussi le Conseil Général , le Conseil Régional, l’Office Publique de l’Habitat (ex OPHLM), le Centre de Gestion. (petites communes). Toutes ces institutions composaient la Territoriale et étaient accompagnées des Fonctions Publiques d’État et Hospitalière et toutes ont connu une faible mobilisation.

Avec 1500 à 2000 participants, Il est vrai que la mobilisation est décevante mais il faut relativiser ces chiffres, notamment à la Ville

  1. Si le maire estime que 350 agents en grève à la Ville est un nombre ridicule, il oublie que seule La FSU avait appelé le personnel à la grève sur deux sujets : comme les autres syndicats sur le dégel du point d’indice, et sur la remise  en cause du protocole d’accord de l’ARTT par le maire de Limoges.
  2. Des écoles, Des crèches, Des cantines scolaires ont été fermées par manque de personnel. Le malaise est donc bien là.
  3.  La FSU n’a pas eu le temps nécessaire pour mobiliser tout le personnel, l’annonce de la suppression de congés étant annoncées au syndicats le vendredi 15 décembre. Seul le centre-ville a été couvert en totalité.

Il est évident que la piètre opinion du maire envers ses salariés, malgré ses commentaires ci-dessus, ne peut que motiver d’avantage les agents à s’engager dans les futurs mouvements contre sa politique désastreuses de casse des services publics et de suppressions d’emplois.

 

partager:

Commentaires fermés.