DÉCLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS SYNDICALES CGT et FSU DE LA VILLE DE LIMOGES

DÉCLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS SYNDICALES CGT et FSU
DE LA VILLE DE LIMOGES

Mardi 26 janvier 2016

Le 15 janvier 2016, les organisations syndicales de la Ville de Limoges ont été convoquées par l’Administration Territoriale pour que leur soient signifiées la décision du MAIRE de supprimer des jours de congés, à savoir :

 

– 4 Congés annuels,
– 3 congés d’assiduité
– 2 à 4 jours du Maire
– Heures glissantes pour ceux travaillant à 37 heures 30.

Ces décisions s’accompagnent de menaces à peine voilées sur le maintien de l’emploi au sein de la collectivité. Ainsi, la Direction Générale a demandé aux Organisations Syndicales d’accompagner cette décision pour préserver l’emploi public et la masse salariale à la hauteur de ce qu’ils sont aujourd’hui. Faute d’adhésion des Organisations syndicales à cette politique la Direction Générale évoque la possibilité de :

– Bloquer les avancements de grades et d’échelons
– Licencier éventuellement certains agents
– Diminuer l’offre de service au public.

C’est sans doute ce que Monsieur le Maire appelle le DIALOGUE SOCIAL !
En cela, Monsieur le Maire prolonge son annonce antérieure faite en Comité Technique, c’est-à-dire une estimation de 300 à 500 agents en trop dans la collectivité.
La CGT et la FSU ont dénoncé ce chantage. Ce n’est pas aux employés de la Ville de Limoges de payer le désengagement de l’état !
Comment peut-on faire du chantage à l’emploi dans une ville où sévit le chômage de masse !
Alors que certains services ont été allégés en personnel pour un travail toujours plus dense, comment le Maire peut-il sous-entendre que ses agents sont des fainéants ?
Comment peut-il prétendre vouloir assurer le bien-être de ses agents tout en les surchargeant de travail sans moyen supplémentaire ni considération ni revalorisation des rémunérations ?
Les Organisations Syndicales CGT et FSU dénoncent cette décision du Maire et sa mise en œuvre avant même la consultation du Comité Technique et du Conseil Municipal.
Elles refusent aussi ce chantage ainsi que la mise au panier de l’accord ARTT de 2001, sauf à nous proposer beaucoup mieux !
Avant même de demander des efforts supplémentaires au personnel, encore conviendrait-il que la municipalité donne l’exemple en réduisant son train de vie qui se caractérise par :

– Une augmentation conséquente des indemnités des élus,
– Une dotation de matériel individuel couteux comme des tablettes, portables, ordinateurs, auquel s’ajoutent des secrétaires particulières…,
– Multiplication des repas dits de prestige, payés par le contribuable,
– Placardisations de cadres dont le profil ne correspond pas à l’orientation politique de la municipalité,
– Recrutements de cadres supérieurs supplémentaires « bien-pensant »,
– Recrutements importants de policiers municipaux avec une dotation d’équipements disproportionnés eu regard aux missions légales dévolues à ce cadre d’emploi,
– Mise en place de caméras de surveillance,

NON, Monsieur le Maire, votre personnel ne souhaite pas être une variable d’ajustement de votre politique et de celle du Gouvernement !
Votre personnel souhaite seulement travailler au service de tous, dans les meilleures conditions possible, dans la dignité et avec tout le respect qui lui est dû par la municipalité.
La CGT et la FSU refusent de discuter de la perte de congés d’autant plus que cela va entrainer une réorganisation du temps de travail avec des conséquences sur la santé des agents. L’administration n’a d’ailleurs pas prévu de soumettre son projet à l’examen préalable du CHSCT. C’est dire combien Monsieur le Maire se soucie de la santé de ses agents, lui qui se targue de tout mettre en œuvre en matière de bien-être au travail…
NON MONSIEUR LE MAIRE VOTRE DECISION NE PASSE PAS, ELLE N’EST PAS RECEVABLE CAR ELLE EST RETROGRADE !!!!!

 

IPNS – ne pas jeter sur la voie publique

partager:

Commentaires fermés.