Droit de réponse (conseil Municipal) 2ème partie

NON ! La FSU n’est pas manipulée par les partis politiques !

La FSU n’a eu aucun contact avant le déroulement du conseil municipal avec des conseillers d’opposition, qu’ils soient socialistes ou, comme le dit le maire, d’extrême Gauche.

La FSU s’est toujours faite honneur en refusant toute récupération politique. Elle compte, parmi ses nombreux adhérents, des agents se prétendant de toutshorizons politiques, de Droite comme de Gauche, (sauf du Front National, qui n’a pas les mêmes conceptions démocratiques que notre syndicat).

Ceci permet à la FSU de défendre les salariés depuis des années efficacement, y compris par la lutte quand la situation l’exige, sans qu’aucune pression politique ou patronale n’altère sa motivation de justice et d’équité !

Enfin, s’agissant d’ouverture de négociations syndicales sur le temps de travail à la Ville, nous rappelons une nouvelle fois que des négociations ne peuvent, à notre sens, débuter que lorsque l’ensemble du personnel a été consulté par les organisations syndicales, ce que la CGT et la FSU ont fait jusqu’à ce jour. Cette consultation sur les propositions de la municipalité étant terminée, nous allons demander conjointement avec la CGT à être reçus par le maire de Limoges pour lui faire part des revendications des agents. Encore faudrait-il que celui-ci accepte de recevoir notre syndicat, qui représente à lui seul près d’un tiers les salariés de la Ville…

Le maire a choisi de préserver l’emploi et les effectifs en opérant la mise en conformité de la loi sur le temps de travail ?

Depuis près d’un an, des coupes sombres dans les effectifs sont déjà effectuées par la municipalité (espaces verts, sports, culture,…). La quasi totalité des services de la Ville paie la facture en voyant les départs à la retraite non remplacés. Seul le service de Police Municipale voit ses effectifs augmenter sensiblement…

Résultat : Un personnel qui a de plus en plus de mal à rendre le service public qu’est en droit d’attendre la population limougeaude. De plus, la déclaration du Directeur Général des Services, lors de la première entrevue avec les syndicats sur le temps de travail, n’est pas faite pour rassurer. En  effet, celui-ci a annoncé que l’offre publique serait certainement moindre dans l’avenir que ce qu’elle était auparavant…

Traduction: Moins de Service Public, donc plus de missions confiées au secteur privé !

Comment peut-on ainsi affirmer de la mise en conformité de la loi sur le temps de travail (voir notre analyse sur ce sujet dans les autres articles…) va sauver l’emploi alors qu’on nous annonce la suppression prochaine de certains services rendus à la population ?

partager:

Commentaires fermés.