29 jours de congés annuels: FO et l’UNSA disent : « NON » !

                                    

LES 29 JOURS DE CONGÉS ANNUELS NE SERONT

FINALEMENT DÉFENDUS QUE PAR LA CGT ET LA FSU !!

Il n’y aura pas d’intersyndicale CGT – FSU – FO – UNSA !

Malgré le vote unanime (- 1 abstention) du 11 février lors de l’assemblée Générale extraordinaire du personnel demandant à l’ensemble des 4 organisations syndicales de la Ville de défendre les 29 jours de congés acquis depuis plus de trente ans, malgré les votes favorables sur la prime de 240 € bruts et sur les efforts du personnel de négocier les jours du maire et les congés d’assiduité, les syndicats FO et UNSA ont décidé, dès le lendemain, de faire volte-face et de maintenir leurs « propositions initiales », laissant seules la CGT et la FSU défendre les décisions prises par les personnels.

FO a affirmé devant les autres syndicats avoir consulté 600 agents, dont sa base de syndiqués. Visiblement, les adhérents de FO qui étaient présents à l’AG, ne connaissaient que la partie visible de l’iceberg, l’autre partie, celle des compensations offertes à la municipalité, ayant été soigneusement éludée par le secrétaire général de FO pour mieux faire accepter le projet…

La CGT et la FSU sont passées dans tous les services et ont organisé de nombreuses réunions afin de n’oublier aucun des 2500 agents de la Ville. Les contre-vérités distillées par les représentants FO ont permis de semer le doute dans l’esprit de certains collègues de travail.

Une fois de plus, FO et l’UNSA ne défendent qu’un seul intérêt : le leur !!

Ne pas froisser, ne pas heurter, ne pas vilipender l’employeur en vue d’obtenir tel ou tel avantage de la part de l’administration, telle est la ligne de conduite récurrente de ces ersatz de syndicats.

Peu importe : la CGT et la FSU, si elles sont, et nous le souhaitons soutenues massivement par les agents, défendront avec honnêteté et opiniâtreté, dans la transparence, les intérêts de tous les fonctionnaires municipaux.

La CGT et la FSU ont demandé à être entendues très rapidement par le maire de Limoges, pour lui faire part de la volonté des agents de conserver, coûte que coûte, les 29 jours de congés annuels.

Si par malheur, et tel que nous l’entendons dans les médias depuis des mois, les 35H étaient abrogées par le gouvernement, c’est l’ensemble des RTT qui sauteraient avec; soit aujourd’hui 10 jours de « congés supplémentaires » et 14, si l’accord signé par FO et UNSA dans le cadre de la mise en place des 1607H est entériné par le Conseil Municipal. Un fantastique bon en arrière que la FSU et la CGT ne sont pas prêtes à accepter !

Les 4 jours du maire supprimés aux agents sur deux ans permettent, à terme, une économie de 10 000 journées de travail par an soit, au bas mot, plus d’un million d’euros d’économie sur la masse salariale. De quoi renflouer les caisses sans que le personnel ne soit lésé par la suppression de congés supplémentaires !

Par ailleurs, la Direction générale a annoncé à l’ensemble des syndicats sa volonté de fermer purement et simplement les services de la mairie à l’occasion de certains ponts.

Toujours, selon le directeur général adjoint délégué, et selon la volonté du maire, les agents devraient donc déposer des jours de congés ou de RTT.

Une double peine inadmissible pour la CGT et la FSU !

La FSU et la CGT, dans l’hypothèse du maintien du projet et afin de s’assurer de la pérennisation de la prime « négociée » par FO et l’UNSA, lui ont fait part de l’existence de parts d’IAT (Indemnité d’Administration et de Technicité) qui peuvent être versées à l’ensemble du personnel de catégorie C et à certains collègues de la catégorie B (jusqu’à l’indice brut 380). La collectivité a le choix de verser de 1 à 8 parts du montant forfaitaire. Le montant d’une part d’IAT varie en fonction du grade et de l’échelon: de 449 à 706 € bruts/an.

Ce type de compensation financière en échange de jours de congés rendrait plus acceptable la perte de 4 jours du maire, des 22 heures glissantes (3 jours) et des éventuels jours d’assiduité.

Plus que jamais la mobilisation et la lutte sont nécessaires ! Nous comptons sur vous !!

Fait à Limoges, le 16 février 2016

partager:

Commentaires fermés.