Les ATSEM ont droit à la juste reconnaissance de leur métier

 

MOBILISATION ATSEM LE 1er FÉVRIER 2017 :

 LES ATSEM DOIVENT ÊTRE ENTENDU-E-S

 

Le 14 décembre 2016, dans toute la France, les ATSEM se sont fortement mobilisé-e-s pour faire entendre leurs revendications à l’appel de l’intersyndicale FO-FAFPT-CGT-FSU Territoriale-SUD.

Des représentants du ministère de la Fonction publique nous ont reçu et reconnaissent la légitimité des besoins de ces agents, à savoir : la reconnaissance des missions éducatives du cadre d’emplois, le respect des qualifications, la dignité et la considération dans la communauté éducative, la nécessité d’un-e ATSEM par classe… Mais nous déplorons qu’aucun engagement concret n’ait été obtenu. Les raisons de la mobilisation restent entières.

MERCI A TOUTES POUR VOTRE MOBILISATION. LE COMBAT CONTINUE

Le mouvement doit s’amplifier partout en France. Nous devons construire ensemble le rapport de force nécessaire à l’aboutissement de ces revendications légitimes.

EN HAUTE-VIENNE, INTER 87 FSU INVITE TOUS (TES) LES ATSEM A CESSER LE TRAVAIL. UN PRÉAVIS NATIONAL A ÉTÉ DÉPOSÉ. IL EST RELAYÉ A LA VILLE DE LIMOGES ET COUVRANT LA JOURNÉE.

Afin de permettre à chacun (e) d’entre vous de porter votre mécontentement, nous mettons à votre disposition une pétition distribuée dans les écoles. Vous pouvez également la retrouver en ligne sur notre blog : http://www.inter87fsu.fr.

Faisons entendre notre voix.

 

En Haute-Vienne, INTER87 FSU  et nos collègues ATSEM revendiquent :

–          1 ATSEM par classe,

–          Une formation continue effective (trop d’ATSEM ne bénéficient pas des  formations parce que non remplacé(e)s),

–          Une revalorisation indiciaire de leur cadre d’emploi prenant en compte leurs missions spécifiques au service des enfants, leur diplôme et leur concours,

–          L’intégration immédiate des adjoints techniques, faisant fonction depuis de trop nombreuses années, dans le cadre d’emploi des ATSEM,

–          La fin des temps non complets et de la précarisation pour ces personnels majoritairement féminins,

–         Leur place dans la communauté éducative comme le spécifie leur cadre d’emploi et le respect de leurs qualifications et de leur expérience

 

MERCI A TOUTES POUR VOTRE MOBILISATION. LE COMBAT CONTINUE

L’accès à l’école est un droit universel pour chaque enfant. Ce droit doit être préservé et développé pour qu’ils puissent bénéficier, dans un lieu accueillant et apaisant, des connaissances et des apprentissages afin de s’émanciper. Cela passe aussi par le respect de cette profession.

Nous appelons les enseignant-es et leurs organisations syndicales à soutenir ce mouvement.

partager:

Commentaires fermés.