Jours de carence à la Ville de Limoges ? Non merci !

Voici le courrier que la FSU a adressé au maire de Limoges dans le cas où il appliquerait le jour de carence imposé aux agents malades dans notre collectivité.

—————————————————————————————————————————————————————————————

 

Limoges, le lundi 24 juillet 2017

 

Objet : Jour de carence pour les agents de la Ville de Limoges

 

 

Monsieur le Maire,

 

Le Gouvernement actuel, par la voix de son premier Ministre, Philippe EDOUARD, vient d’annoncer la mise en place prochainement d’un jour de carence en cas de maladie dans la Fonction Publique. Cette annonce fait suite à plusieurs autres annonces impactant directement le pouvoir d’achat des fonctionnaires pour l’année à venir (hausse de la CSG, augmentation des cotisations retraites, gel du point d’indice).

Concernant ce jour de carence, les économies faites par cette retenue sur la maladie n’abonderont pas les caisses de la Sécurité Sociale, comme c’est le cas pour le Privé, mais celles de la Ville de Limoges.  La FSU ne souhaite pas que la mairie de Limoges fasse des économies budgétaires grâce à la décision du Gouvernement EDOUARD et qui plus est, sur le dos des agents malades.

L’audit que vous aviez demandé à la société KPMG en 2015 relevait d’ailleurs un taux d’absentéisme inférieur à la moyenne nationale, ce qui tend à prouver l’implication des agents de notre collectivité dans leur travail.

Vous connaissez comme nous les difficultés financières dans laquelle se trouvent beaucoup d’agents, notamment en Catégorie C. La commission  sociale du COS, qui travaille en étroite collaboration avec l’assistante Sociale de la Ville, a vu ces dernières années un nombre supplémentaire non négligeable de demandes de secours de la part d’agents de notre collectivité, obligeant ses dirigeants à puiser d’avantage dans le budget du COS, pour pouvoir satisfaire toutes les sollicitations.

En reversant les sommes recueillies par la municipalité du jour de carence au COS, vous vous permettriez une action sociale appréciée des agents de la Ville.

Une autre possibilité alternative à notre proposition et qui pourrait retenir votre attention : celle, dans le cadre du « bien-être au travail »,  de recourir à des prestataires exerçant des métiers ou pratiques relaxantes ou réparatrices et destinées aux agents. Ces moments de récupération, pris en dehors des horaires de travail, pourraient se dérouler à l’espace cafeteria, moyennant quelques aménagements peu coûteux pour la Ville.

Nous sommes prêts  à discuter avec vous de nos propositions ou de toute autre action que vous envisageriez pour que l’argent « économisé » par la Ville sur les retenues sur traitement des agents, sur le fondement de la mise en place du jour de carence dans la Fonction Publique,  reste dans la masse salariale.

Dans cette attente, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, nos respectueuses salutations.

 

Pour INTER 87 FSU-VDL

Le secrétaire

Co secrétaire Départemental,

 

Pascal FILLEUL

 

partager:

Commentaires fermés.