tract 5 juin 2014 sur l’entrevue avec le maire et la NBI

 

TERRITORIAUX FSU

Ville de Limoges

4, place des Jacobins 87000 Limoges tel : 05 55 45 63 37

Blog: fsuvdl.fr

 

 

Limoges, le 05 juin 2014

 

Première entrevue avec le nouveau maire:

dialogue constructif et encourageant !

 

Le 19 mai, les quatre organisations syndicales de la Ville ( FSU, CGT, UNSA et FO) ont été reçues par le nouveau maire, M. Emile-Roger LOMBERTIE et son directeur général adjoint, M. BOMBARDIER. Ce premier rendez-vous a permis au maire de livrer aux représentants du personnel ses premières priorités quant à la gestion de la Ville et de son personnel.

Il a donné l’occasion également aux organisations syndicales de développer certains points qui étaient bloqués ou remis aux calendes grecques par l’ancienne municipalité.

Le maire a demandé aux organisations de faire passer certains messages au Personnel. Nous vous les transmettons ici :

– que le personnel soit au service du Public et non des politiques. Le maire précise qu’il n’y aura pas de « chasse aux sorcières » mais que si des agents font de la résistance politique, il n’hésitera pas à prendre des sanctions disciplinaires contre eux ;

– le nombre de fonctionnaires restera stable mais, comme il l’a prévu, près de 80 agents seront embauchés à la Police municipale, soit par voie interne soit par voie de mutation ou de recrutement. ( Cette information a été confirmée à l’issue de la CAP ou M. LOMBERTIE a précisé que des tests seraient régulièrement pratiqués sur les agents de ce service pour connaître leurs capacités réelles à exercer ce métier… NDLR ) ;

– les temps de pause des agents doivent se faire en toute discrétion et le plus possible à l’écart du regard du Public;

– un regain d’activité est demandé partout où cela est possible… Le gain éventuel de productivité serait ainsi partiellement réinvesti dans la masse salariale au travers de promotions internes.

La FSU est intervenue sur plusieurs points :

instauration des titres restaurants : La FSU profite de la volonté de la municipalité de redynamiser le centre-ville pour demander la mise en place des « chèques déjeuner » pour l’ensemble du personnel. Cela permettrait de créer des emplois et de déduire fiscalement à la municipalité la part employeur des aides accordées aux salariés.

Le maire se déclare favorable au projet. Une étude de faisabilité va être engagée en fonction des ressources disponibles. Il précise également que les titres restaurants accordés le seraient en fonction de chaque revenu (quotient individuel). La plupart des agents de la Catégorie C recevrait ainsi plus de tickets que la Catégorie B et à fortiori que la Catégorie A;

– horaires variables: La FSU informe la municipalité que depuis de nombreuses années et aux suite aux résultats de plusieurs enquêtes réalisées auprès de nos collègues, elle demande la mise en place des horaires variables. La FSU souligne que la mairie de Limoges est la seule administration qui pratique encore des horaires archaïques. Ce changement permettrait à la collectivité d’entrevoir une amplitude d’ouverture au public supérieure à ce qui existe actuellement ( par roulements et avec permanences).

Là aussi, le maire ne s’oppose pas à la proposition de la FSU. Il souhaite qu’une enquête soit menée rapidement par ses services pour envisager cette opportunité ;

– des critères transparents de promotion interne : Tout comme la CGT, la FSU revendique la mise en place de critères clairs et objectifs pour permettre à chacun d’entre-nous d’avoir la chance un jour de bénéficier de la promotion interne. Cette revendication est légitime et serait basée non plus sur la décision unique des chefs de services et de l’administration mais aussi en tenant compte d’autres critères : ancienneté (dans toute la fonction publique…), âge, concours ou examens, formation, note, appréciations de la manière de servir,… Il n’y aurait ainsi plus de « passe-droit » et les agents comprendraient d’autant mieux la nomination validée par la CAP.

Le syndicat FO se déclare contre se projet. Il prétexte que la CAP ne serait plus alors qu’une chambre d’enregistrement où les syndicats n’auraient plus leur mot à dire. La FSU rétorque alors que c’était jusqu’à présent le cas mais qu’apparemment, cela ne gênait personne… La transparence dérangerait-elle le syndicat majoritaire ???

Monsieur BOMBARDIER déclare alors qu’il serait favorable à une pré réunion à la CAP pour discuter avec les représentants du personnel des diverses propositions que ceux-ci pourraient apporter, dans la limite des promotions possibles. Le maire donne son accord à ce projet. Une réunion de travail est prévue avec chaque syndicat. La FSU sera reçue le 12 juin à ce sujet. Une bonne occasion de mettre en avant des critères que le syndicat applique depuis de nombreuses années pour déterminer les agents proposés à la promotion interne ou susceptibles de passer de grade supérieur.

De même, ce type de réunion préalable sera instauré également pour le CT (ex CTP) pour permettre aux organisations syndicales de préparer les nombreux dossiers de cette instance dans de meilleures conditions. Le CT devrait ainsi se réunir 4 fois par an au minimum au lieu de 3 actuellement.

La FSU est aussi intervenue sur le manque flagrant de personnel dans les maisons de retraites (EHPAD) et dans les crèches.

Au CCAS, la FSU souligne que le nombre croissant d’établissements d’hébergements spécialisés n’est pas suivi de recrutements nécessaires de personnels spécialisés et que beaucoup d’agents sont à bout de force dans certaines structures, ce qui entraîne un absentéisme important et donc une charge de travail supérieure pour les agents restants… Il faut trouver rapidement une solution pour pallier à ces problèmes récurrents.

Le maire dit connaître parfaitement ces difficultés et compte beaucoup sur une réorganisation de ce service plutôt que sur des embauches. A moins que les familles des résidants acceptent une augmentation du prix mensuel de 80 à 100 € par mois…

Enfin, concernant le Compte Épargne Temps (CET), La FSUrappelle qu’elle avait demandé la mise en place de cette loi à la municipalité en 2011 lors d’un CTP et qu’elle s’était heurtée à un refus, argumentant que le CET n’intéressait que peu de monde et qu’il coûterait trop cher à la Ville (…).

La FSU aréitéré sa demande auprès de la nouvelle municipalité lors de la réunion préparatoire au CTP de juin en rappelant que certaines dispositions de cette loi devaient au préalable être soumises à l’avis de cette instance puis votées en Conseil Municipal.

Là encore, une réponse positive a été donnée au syndicat avec la mise en place du CTE, certainement début 2015 !

 

NBI/ZCS:

Vers une issue (très) favorable

pour les agents !!!

 

La FSU a obtenu un rendez-vous avec le Directeur Général Adjoint le mardi 27 mai 2014 au sujet de la Nouvelle Bonification Indiciaire dans les Zones à Caractère Sensible.

Un dossier sur lequel, comme vous le savez tous, notre syndicat se bat depuis 7 ans !

La nouvelle municipalité nous a laissé entendre que les problèmes de rétroactivité et d’octroi de cette indemnité seraient étudiés dans les plus brefs délais. Elle se déclare plutôt favorable à la généralisation de la NBI/ZCS pour l’ensemble des agents qui travaillent à titre principal dans les zones prédéfinies de Beaubreuil, La Bastide et ZUP de l’Aurence, en accord avec les textes de loi qui régissent cette indemnité.

Cette régularisation devrait intervenir dans les prochaines semaines !

Pour autant une décision modificatrice au budget de la Ville doit être votée par le Conseil Municipal. En effet, la rétroactivité et le versement de l’indemnité avoisineraient aux alentours de   850 000 € !

Le syndicat INTER 87-FSU se félicite de cette décision qui aurait dû intervenir il y déjà plusieurs années…

Les agents devraient ainsi pouvoir bénéficier de celle-ci très rapidement, grâce à l’opiniâtreté et au courage de certains d’entre eux, qui n’ont pas hésité à suivre les conseils de La FSU, à la volonté de la nouvelle municipalité de se mettre en conformité avec la loi (décrets) sur la NBI/ZCS et à la détermination de notre syndicat à faire respecter les textes, permettant ainsi aux agents concernés de bénéficier de plus de 1800 € de rattrapage sur 4 ans.

La FSU rappelle aussi que cette indemnité rentre en compte pour le calcul de la retraite de la Fonction Publique…

Voilà, Cher(e)s collègues ! Tous les éléments fournis ci-dessus vous prouvent que la FSU reste le syndicat le plus actif dans notre collectivité et que, à force de convictions et de persévérance, on finit toujours par faire aboutir des dossiers sur lesquels d’autres organisations ont jeté l’éponge depuis longtemps.

LA FSU : POUR VOUS ET AVEC VOUS, PARTOUT !

partager: