FO : La vérité est ailleurs !

Allez : Je m’étais promis de ne pas répondre au multiples attaques de FO contre la FSU dans ses tracts préélectoraux… Ça, c’est comme la clope, j’y arrive pas !

Le syndicat majoritaire de la Ville de Limoges se targue dans ses tracts d’obtenir avantages et petits cadeaux de l’administration depuis 4 ans : Quelles carabistouilles !

À croire que les autres syndicats de la Ville, et plus particulièrement la FSU sont restés les bras croisés.

Il ne s’agit pas d’inscrire à tout bout de tracts « Obtenu » pour faire croire à nos collègues que FO s’est préoccupé  avec assiduité lors de ces 4 dernières années  des intérêts des agents de notre collectivité. De même, s’il faut reprendre depuis le 1er janvier 2015 les courriers et mails qu’a envoyé la FSU aux différentes instances décisionnaires comme le fait FO alors allons-y :

  •  23 février 2015 : Courrier/mail envoyé à la directrice des ressources humaines et au DGS pour protester contre le refus de la direction des crèches d’accorder des jours de révisions aux auxiliaires de puériculture pour passer leur concours
  •  5 mars 2015 : Courrier/mail envoyé à la directrice des ressources humaines et au DGS pour demander le versement de la NBI ZUS au personnel du CCM Jean Moulin (pas de réponse mais les agents bénéficient de cette indeminité depuis le mois de juillet 2015)
  •  6 avril 2015 : Courrier/mail envoyé à la directrice des ressources humaines et au DGS pour demander à ce que la règlementation en matière d’évaluation professionnelle soit respectée, ce qui n’est pas le cas dans de nombreux services à la Ville
  •  20 avril 2015 : courrier au maire pour demander le versement de la NBI ZUS aux « oubliés » de ces zones
  •  22 septembre 2015 : Courrier au maire de la FSU suivi d’un courrier du 23 septembre de l’ensemble des membres du CHSCT pour demander la tenue d’un CHSCT extraordinaire sur la situation de harcèlement moral vécue par les personnels du Musée de la Résistance (demande accordée)
  •  13 janvier 2016: courrier au maire sur le versement de la NBI « quartiers prioritaires » qui remplace la NBI ZUS et qui concerne 9 quartiers de Limoges et non plus 3 comme auparavant, et donc plus d’agents.
  •  18 janvier 2016: courrier au maire sur le non respect du droit de grève dans les crèches (réponse explicative donnée le 26 janvier)
  •  2 avril 2016 : courrier au maire sur la prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement pour les agents qui passent un concours ou examen en dehors du CNFPT (suivant le règlement de formation validé par le Comité technique le 17 décembre 2009) ainsi que le remboursement des frais de misions.
  •  14 avril 2016 Nouveau courrier au maire concernant la NBI « Quartiers prioritaires » qui n’est toujours pas mise en œuvre à la Ville (réponse positive le 23 mai)
  •  07 juin 2016 : Courrier au Directeur de la BFM sur les problèmes liés aux conditions de travail des agents et demande des bibliothèques
  •  15 juillet 2016 : courrier au maire, au préfet de la Haute-Vienne et au trésorier payeur pour demander l’annulation de sa décision de demander le remboursement de la NBI injustement accordée aux agents par la municipalité (demande accordée)
  • 02 août 2016 : courrier au maire sur les conditions de travail des agents de la BFM avec des pointes de chaleurs supérieures à 35° (résolu)
  • 17 octobre 2017 : courrier au maire sur les conditions de travail des ATSEM  suivi de grève
  • 27 février courrier de demande d’entrevue avec le maire pour l’égalité « femmes-hommes » dans la collectivité (sans suite…)
  • 10 avril 2017 : courrier au maire pour demander l’augmentation de la rémunération des agents aménageurs lors des consultations électorales
  • 7 juillet 2017 : courrier aux députés LREM sur la revalorisation de la majoration des heures du dimanche et de nuit lorsque le cycle de travail impose aux agents de travailler lors de ces périodes (entrevue avec l’un des 4 députés qui portera cette revendication à l’assemblée nationale par la suite).
  • 18 juillet 2017 : Courrier au maire en demandant les mêmes droits en matière de congés pour les agents pacsés que pour les agents mariés.
  • 24 juillet 2017 : courrier au maire pour demander la non application du jour de carence à la Ville de Limoges. Dans ce courrier, nous demandons en cas de refus que l’argent économisé par la municipalité soit reversé aux agents par l’intermédiaire  de la Commission Sociale du COS ou par l’intervention de professionnels de santé sur les lieux de travail des agents.
  • 26 juillet 2017 : demande au maire de l’application de la prolongation de la loi « Sauvadet » et la stagiarisation des personnels contractuels (réponse positive le 17/09/)
  • 26 janvier 2018 : Courrier/mail envoyé à la directrice des ressources humaines et au Directeur de la Caisse des écoles sur les conditions de travail des agents de l’école les Homérides (réglé)
  • 12 février 2018 : dépôt d’une requête au Tribunal Administratif de Limoges pour non respect du droit des pacsés en matière de congés (voir plus haut, en cours de décision du tribunal, la mairie traînant des pieds pour répondre aux injonctions du TA)
  • 15 juin 2018 : Courrier au maire pour protester contre l’attitude de la direction Jeunesse qui avait demandé aux agents NON-GRÉVISTES de déposer un jour de congé pour fermer les établissements (et donc pas payer les contractuels…)
  • 26 juillet 2018 : Mail au DGS pour alerter sur les conditions de travail très difficiles des ASVP (stationnement payant) à cause des fortes chaleurs et demande de décalage des horaires de travail (sans réponse mais intervention du service en ce sens)
  • 24 septembre 2018 : Courrier au maire de demande de surseoir à la décision de la commission de Réforme au sujet d’un agent de la Police Municipale (sans réponse à ce jour).
  • 5 octobre 2018 : courrier maire sur l’urgence d’une concertation entre les représentants syndicaux et la Ville sur la situation alarmante des conditions de travail dans les EHPAD.
  • 14 novembre 2018: courrier au maire pour protester contre la volonté de faire travailler lze personnel des écoles 1647 heures en 2019 (au lieu des 1607 heures règlementaires).
  • sans compter les nombreux tracts

Tous cela, chers collègues, sans compter le nombre incalculable de coup de fils passé dans les directions, à la  DRH, les rendez-vous pris avec l’administration les réunions d’information syndicale multiples pour vous écouter et vous représenter lors des diverses commissions.

Et nous ne parlons même pas du COS, en cogestion avec la CGT où les élus FSU ont pris part activement aux améliorations des prestations gérées jusqu’alors par une organisation bedonnante et suffisante (je la nomme ou pas ?)

A la FSU on agit pour le plus grand nombre !  Non pour une bande de « petits copains » ou pour soi même…

 

AIGLE 4

partager:

Commentaires fermés.