• tract 5 juin 2014 sur l’entrevue avec le maire et la NBI

     

    TERRITORIAUX FSU

    Ville de Limoges

    4, place des Jacobins 87000 Limoges tel : 05 55 45 63 37

    Blog: fsuvdl.fr

     

     

    Limoges, le 05 juin 2014

     

    Première entrevue avec le nouveau maire:

    dialogue constructif et encourageant !

     

    Le 19 mai, les quatre organisations syndicales de la Ville ( FSU, CGT, UNSA et FO) ont été reçues par le nouveau maire, M. Emile-Roger LOMBERTIE et son directeur général adjoint, M. BOMBARDIER. Ce premier rendez-vous a permis au maire de livrer aux représentants du personnel ses premières priorités quant à la gestion de la Ville et de son personnel.

    Il a donné l’occasion également aux organisations syndicales de développer certains points qui étaient bloqués ou remis aux calendes grecques par l’ancienne municipalité.

    Le maire a demandé aux organisations de faire passer certains messages au Personnel. Nous vous les transmettons ici :

    – que le personnel soit au service du Public et non des politiques. Le maire précise qu’il n’y aura pas de « chasse aux sorcières » mais que si des agents font de la résistance politique, il n’hésitera pas à prendre des sanctions disciplinaires contre eux ;

    – le nombre de fonctionnaires restera stable mais, comme il l’a prévu, près de 80 agents seront embauchés à la Police municipale, soit par voie interne soit par voie de mutation ou de recrutement. ( Cette information a été confirmée à l’issue de la CAP ou M. LOMBERTIE a précisé que des tests seraient régulièrement pratiqués sur les agents de ce service pour connaître leurs capacités réelles à exercer ce métier… NDLR ) ;

    – les temps de pause des agents doivent se faire en toute discrétion et le plus possible à l’écart du regard du Public;

    – un regain d’activité est demandé partout où cela est possible… Le gain éventuel de productivité serait ainsi partiellement réinvesti dans la masse salariale au travers de promotions internes.

    La FSU est intervenue sur plusieurs points :

    instauration des titres restaurants : La FSU profite de la volonté de la municipalité de redynamiser le centre-ville pour demander la mise en place des « chèques déjeuner » pour l’ensemble du personnel. Cela permettrait de créer des emplois et de déduire fiscalement à la municipalité la part employeur des aides accordées aux salariés.

    Le maire se déclare favorable au projet. Une étude de faisabilité va être engagée en fonction des ressources disponibles. Il précise également que les titres restaurants accordés le seraient en fonction de chaque revenu (quotient individuel). La plupart des agents de la Catégorie C recevrait ainsi plus de tickets que la Catégorie B et à fortiori que la Catégorie A;

    – horaires variables: La FSU informe la municipalité que depuis de nombreuses années et aux suite aux résultats de plusieurs enquêtes réalisées auprès de nos collègues, elle demande la mise en place des horaires variables. La FSU souligne que la mairie de Limoges est la seule administration qui pratique encore des horaires archaïques. Ce changement permettrait à la collectivité d’entrevoir une amplitude d’ouverture au public supérieure à ce qui existe actuellement ( par roulements et avec permanences).

    Là aussi, le maire ne s’oppose pas à la proposition de la FSU. Il souhaite qu’une enquête soit menée rapidement par ses services pour envisager cette opportunité ;

    – des critères transparents de promotion interne : Tout comme la CGT, la FSU revendique la mise en place de critères clairs et objectifs pour permettre à chacun d’entre-nous d’avoir la chance un jour de bénéficier de la promotion interne. Cette revendication est légitime et serait basée non plus sur la décision unique des chefs de services et de l’administration mais aussi en tenant compte d’autres critères : ancienneté (dans toute la fonction publique…), âge, concours ou examens, formation, note, appréciations de la manière de servir,… Il n’y aurait ainsi plus de « passe-droit » et les agents comprendraient d’autant mieux la nomination validée par la CAP.

    Le syndicat FO se déclare contre se projet. Il prétexte que la CAP ne serait plus alors qu’une chambre d’enregistrement où les syndicats n’auraient plus leur mot à dire. La FSU rétorque alors que c’était jusqu’à présent le cas mais qu’apparemment, cela ne gênait personne… La transparence dérangerait-elle le syndicat majoritaire ???

    Monsieur BOMBARDIER déclare alors qu’il serait favorable à une pré réunion à la CAP pour discuter avec les représentants du personnel des diverses propositions que ceux-ci pourraient apporter, dans la limite des promotions possibles. Le maire donne son accord à ce projet. Une réunion de travail est prévue avec chaque syndicat. La FSU sera reçue le 12 juin à ce sujet. Une bonne occasion de mettre en avant des critères que le syndicat applique depuis de nombreuses années pour déterminer les agents proposés à la promotion interne ou susceptibles de passer de grade supérieur.

    De même, ce type de réunion préalable sera instauré également pour le CT (ex CTP) pour permettre aux organisations syndicales de préparer les nombreux dossiers de cette instance dans de meilleures conditions. Le CT devrait ainsi se réunir 4 fois par an au minimum au lieu de 3 actuellement.

    La FSU est aussi intervenue sur le manque flagrant de personnel dans les maisons de retraites (EHPAD) et dans les crèches.

    Au CCAS, la FSU souligne que le nombre croissant d’établissements d’hébergements spécialisés n’est pas suivi de recrutements nécessaires de personnels spécialisés et que beaucoup d’agents sont à bout de force dans certaines structures, ce qui entraîne un absentéisme important et donc une charge de travail supérieure pour les agents restants… Il faut trouver rapidement une solution pour pallier à ces problèmes récurrents.

    Le maire dit connaître parfaitement ces difficultés et compte beaucoup sur une réorganisation de ce service plutôt que sur des embauches. A moins que les familles des résidants acceptent une augmentation du prix mensuel de 80 à 100 € par mois…

    Enfin, concernant le Compte Épargne Temps (CET), La FSUrappelle qu’elle avait demandé la mise en place de cette loi à la municipalité en 2011 lors d’un CTP et qu’elle s’était heurtée à un refus, argumentant que le CET n’intéressait que peu de monde et qu’il coûterait trop cher à la Ville (…).

    La FSU aréitéré sa demande auprès de la nouvelle municipalité lors de la réunion préparatoire au CTP de juin en rappelant que certaines dispositions de cette loi devaient au préalable être soumises à l’avis de cette instance puis votées en Conseil Municipal.

    Là encore, une réponse positive a été donnée au syndicat avec la mise en place du CTE, certainement début 2015 !

     

    NBI/ZCS:

    Vers une issue (très) favorable

    pour les agents !!!

     

    La FSU a obtenu un rendez-vous avec le Directeur Général Adjoint le mardi 27 mai 2014 au sujet de la Nouvelle Bonification Indiciaire dans les Zones à Caractère Sensible.

    Un dossier sur lequel, comme vous le savez tous, notre syndicat se bat depuis 7 ans !

    La nouvelle municipalité nous a laissé entendre que les problèmes de rétroactivité et d’octroi de cette indemnité seraient étudiés dans les plus brefs délais. Elle se déclare plutôt favorable à la généralisation de la NBI/ZCS pour l’ensemble des agents qui travaillent à titre principal dans les zones prédéfinies de Beaubreuil, La Bastide et ZUP de l’Aurence, en accord avec les textes de loi qui régissent cette indemnité.

    Cette régularisation devrait intervenir dans les prochaines semaines !

    Pour autant une décision modificatrice au budget de la Ville doit être votée par le Conseil Municipal. En effet, la rétroactivité et le versement de l’indemnité avoisineraient aux alentours de   850 000 € !

    Le syndicat INTER 87-FSU se félicite de cette décision qui aurait dû intervenir il y déjà plusieurs années…

    Les agents devraient ainsi pouvoir bénéficier de celle-ci très rapidement, grâce à l’opiniâtreté et au courage de certains d’entre eux, qui n’ont pas hésité à suivre les conseils de La FSU, à la volonté de la nouvelle municipalité de se mettre en conformité avec la loi (décrets) sur la NBI/ZCS et à la détermination de notre syndicat à faire respecter les textes, permettant ainsi aux agents concernés de bénéficier de plus de 1800 € de rattrapage sur 4 ans.

    La FSU rappelle aussi que cette indemnité rentre en compte pour le calcul de la retraite de la Fonction Publique…

    Voilà, Cher(e)s collègues ! Tous les éléments fournis ci-dessus vous prouvent que la FSU reste le syndicat le plus actif dans notre collectivité et que, à force de convictions et de persévérance, on finit toujours par faire aboutir des dossiers sur lesquels d’autres organisations ont jeté l’éponge depuis longtemps.

    LA FSU : POUR VOUS ET AVEC VOUS, PARTOUT !

    partager:

  • NON F.O. n’était pas seul !!

    Quelle n’a pas été ma surprise (non, je plaisante!), de constater que le syndicat F.O de la Ville de Limoges a été reçu par le maire le 19 mai dernier suite à son courrier en date du 5 avril!

    Il est vrai que la FSU a été moins réactive pour présenter ses félicitations au nouveau maire pour son élection. Elle lui a néanmoins demandé une entrevue pour lui faire connaître les dossiers « chauds » et ceux qui sont en cours depuis des années (voir courrier ci-dessous, le 8 avril).

    Dix jours plus tard, soit le 18 avril, nous avons rencontré Monsieur BOMBARDIER, fraîchement nommé Directeur Général Adjoint, qui a noté en détail les revendications de la FSU en rapport avec ce courrier. Il nous a alors signifié que l’équipe municipale était en train de se mettre en place et que, dès que tout serait en ordre, le maire nous recevrait.

    C’est ainsi que le 19 mai, les quatre organisations syndicales, et non pas à la seule demande de FO comme le laisse entendre dans son tract le syndicat majoritaire (…), je dis bien les 4 (CGT, FSU, UNSA et FO) ont été reçues par le maire et le D.G.A.

    Le maire a tout d’abord fixé ses priorités quant à la gestion du personnel municipal et demander de faire passer certains messages à nos collègues (voir tract « entrevue avec le nouveau maire »).

    Puis chaque organisation syndicale s’est présentée et a pu prendre la parole pour exprimer les besoins de nos collègues de travail.

    Là où je suis surpris, c’est que dans son dernier tract, le Syndicat FO prétend avoir « déposé » sur la table des revendications les sujets comme le Conservatoire, les EHPAD (maisons de retraites), les restaurants scolaires ou encore les écoles!

    Les autres syndicats m’en témoignent! Le seul sujet sur lequel est intervenu F.O. est celui des sports ou son représentant a « démonté » le directeur et un « responsable » Cadre B des piscines…

    Pour le reste, la FSU s’est taillé la part du lion en mettant en avant: les titres restaurants, les horaires variables, les problèmes d’effectifs dans les EHPAD et les crèches, les chloramines dans les piscines, le Compte Épargne Temps et, tout comme la CGT, les critères de promotion et d’avancements de grades transparents.

    A en croire le tract de Force Ouvrière, les autres syndicats n’auraient même pas participé à la réunion organisée par le nouveau maire.

    Et après il nous traite de menteurs ?!!!

    La campagne électorale des élections professionnelles du 4 décembre prochain est bien lancée…

    ———————————————————————————-

     

    Objet : demande de rendez-vous

                                                                                              Limoges, le 08 avril 2014

    Monsieur le Maire,

    Le syndicat INTER 87-FSU vous présente ses félicitations pour votre élection à la tête de la Mairie de Limoges.

    Notre syndicat est présent depuis de nombreuses années dans toutes les instances (CAP, CHS, CTP). Il est chargé notamment de veiller au bon déroulement de carrière des agents titulaires ou non titulaires de la collectivité ainsi que de leurs conditions de travail et de sécurité, dans l’observation des règlementations en vigueur.

    Le non respect de lois et décrets par la précédente municipalité ont conduit certains agents à engager des procédures (dont certaines sont toujours en cours) devant les juridictions compétentes. Il s’agit de :

       – la Nouvelle Bonification Indiciaire dans les zones à caractère sensible ( dossier qui avait fait l’objet d’un courrier de notre syndicat à l’ensemble des conseillers municipaux de Limoges en 2009),

       – la Nouvelle Bonification Indiciaire dite d’accueil pour les gardiens d’installations sportives.

    D’autre part, nous souhaiterions vous entretenir des dossiers suivants, dont certains présentent un caractère d’urgence:

    – chloramines dans les piscines,

    – manque de personnel dans les maisons de retraite et notamment dans les EHPAD,

    – manque d’effectif dans les crèches,

    – problèmes de fonctionnement au Conservatoire à Rayonnement Régional,

    – gestion des congés maladies dans les restaurants scolaires, etc.

    Enfin, nous souhaiterions aborder avec vous la question statutaire de déroulement de carrière des agents de la Ville de Limoges.

    Ainsi, nous demandons la mise en place de critères objectifs et clairs lors des CAP de promotions internes. En effet, les valeurs retenues aujourd’hui par l’administration ne sont pas comprises par les agents. Un barème doit être défini et officiellement posé pour que chaque décision prise le soit en toute transparence, fiabilité et justice sociale. C’est une revendication que le syndicat INTER 87-FSU porte depuis de nombreuses années et qui s’est toujours heurtée aux refus de l’administration et de l’autorité territoriale.

    Pour toutes ces raisons, nous souhaiterions vous rencontrer le plus rapidement possible pour engager avec vous, un dialogue que nous espérons constructif et serein.

    Dans cette attente, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, nos respectueuses salutations.

     

    Pour INTER 87-FSU/Ville De Limoges

    Le secrétaire

    Pascal FILLEUL

     

     

    partager:

  • RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES: Journée de grève: INTER87 y était!

    Plus de 30 écoles fermées sur notre département, dont plusieurs sur Limoges, près de 52% de grévistes chez les enseignants du 1er degré (instits), la mobilisation contre la réforme des rythmes scolaires ne s’essouffle pas dans notre département.

    Tous les professionnels de la petite enfance le disent: la réforme telle qu’elle est mise en place depuis cette année, ne fonctionne pas, ou mal ! Enfants fatigués, stressés,énervés, personnel d’encadrement débordé, mal renseigné, activités périscolaires démarrées en retard, personnel non formé, … la liste est longue.

    La FSU et ses territoriaux, qui ne sont pas hostiles à la mise en place de 4,5J par semaine, réclament haut et fort le gel de la réforme actuelle pour la rentrée de 2014 et demandent de véritables négociations avec l’ensemble des acteurs impliqués dans les métiers de l’éducation.

    partager:

  • Nouvelle Bonification Indiciaire: les élections professionnelles approchent, le temps de la récup est venu!

    PETITE HISTOIRE DE LA NBI SUR LIMOGES

    Il était une fois…

     

    Depuis 7 ans, la FSU demande l’application des décrets n°2006-779 (NBI dite d’accueil) et 2006-780 ( Zones Urbaines Sensibles) concernant cette indemnité sur la ville de Limoges et ses établissements publics (CCAS et Caisse des Écoles).

    Pendant 5 ans, la municipalité nous a mené en bateau en prétextant tout d’abord que cette réforme ne concernait pas la ville, qu’aucune ville de France n’appliquait ces décrets, puis en nous expliquant qu’une enquête était en cours pour déterminer les bénéficiaires de la NBI.

    Puis, depuis 2 ans, des agents courageux, sur les conseils avisés d’INTER87-FSU  et après avoir demandé en bonne et due forme les versements de cette indemnité au maire-président, ont porté cette affaire devant les tribunaux juridictionnels.

    L’immense majorité d’entre-eux s’est vu accordé la NBI-ZUS par les tribunaux, après multiples appels de la municipalité.

    En avril 2012, suite à une énième condamnation, l’administration a décidé de verser cette dernière à de nombreux agents concernés et clairement identifiés par le décret 2006-780, en omettant de leur octroyer la rétroactivité de la NBI, prévue par la loi n°68-1250 du 31 décembre 1968, qui mentionne une possibilité de rattrapage sur 4 ans, et en oubliant les autres…

    Plusieurs collègues se sont alors tournés vers la FSU pour obtenir le rattrapage de leur indemnité.

    Notre syndicat a écrit de nouveau  au maire-président afin que l’ensemble des agents travaillant dans les zones sensibles que sont Beaubreuil, la ZUP de l’Aurence et la Bastide ou dans des établissements situés en périphéries de ces zones, établissements censés accueillir du public émanant de ces dernières, et qui sont ou sont censés être au contact du public bénéficie de cette indemnité. (Lettre restée aujourd’hui encore sans réponse de la part de l’administration…).

    Et puis, comme par enchantement, ne voilà-t-il pas que le syndicat majoritaire de notre collectivité (FO), qui n’a strictement rien fait pour que cette NBI soit mise en place à la Ville jusqu’à présent, ( et qui a même freiné les demandes de nos collègues, allant jusqu’à demander à certains d’entre-eux de fournir une lettre d’excuses auprès du maire-président suite à leur demande initiale!!!), ne voilà-t-il pas donc que ce brave syndicat se réveille soudain au surlendemain des décisions de justice et, tel le grand sauveur des causes perdues, daigne enfin se déplacer dans ces « zones » afin d’obtenir aux agents concernés  cette indemnité (soit dit en passant de droit…) et sa rétroactivité.

    Il paraîtrait que l’intervention du syndicat majoritaire porterait ses fruits.

    Tant mieux  pour les agents, nous direz vous!

    Tant mieux oui! Mais voilà, c’est ici que les choses deviennent plus claires et plus compliquées à la fois.

    Il est indiscutable que l’octroi de la NBI sur Limoges s’est fait sur Limoges grâce à l’action de la FSU. S’il n’y avait pas eu l’intervention de la FSU dès le départ de la parution des nouveaux décrets, en 2006, les agents attendraient encore longtemps le bénéfice de cette NBI. Qui peut croire réellement que le syndicat FO ne se serait intéressé au versement de celle-ci s’il n’y avait eu de décision de justice intimant la Ville de Limoges au versement de cette indemnité?

    Soyons sérieux! Si tel avait été le cas, le syndicat FO, fort de ses trois ou quatre permanents à la Ville, aurait saisi l’administration dès la parution des décrets de 2006… voire même depuis la création de la NBI, en 1993! Et Nous sommes en ???…

    Quoi qu’il en soit, il devient évident que le syndicat majoritaire, en perte de vitesse depuis plusieurs années, reçoit ainsi un précieux coup de pouce du patron et ce, à moins d’un an des prochaines élections professionnelles et à moins de trois mois des… élections municipales.

    COPINAGE, COPINAGE, quand tu nous tiens….

    Ne soyez donc pas dupes!  Dans cette « affaire », (comme dans bien d’autres) seule la FSU a défendu  et continuera à défendre vos droits avec désintéressement et opiniâtreté.

     Aigle4

    partager: