• Pour nous contacter….

    Ce site est le site officiel  du SNUTER  (Syndicat National Unitaire des TERritoriaux) FSU de la Ville de Limoges.

    Pour des raison de sécurité, vous ne pouvez pas nous contacter ou laisser des commentaires sur ce site.

    Pour cela, il suffit de nous envoyer un message sur notre boîte mail : inter87.fsu@gmail.com

    Nous publierons alors sur le blog vos interventions, à la condition qu’elles restent correctes…

    Bonne Lecture

     

    L’équipe d’INTER87 FSU

    partager:

  • STOP ! NOUS DISONS STOP ! LA FSU SE RETIRE DE LA GESTION DU COS !

    Depuis 2014, FSU et CGT gèrent le COS conjointement. A notre arrivée, le constat est sans surprise : le COS ronronne tranquillement de part une gestion des précédents gestionnaires très (trop !) économes. Il nous faut impérativement dynamiser les offres. Nous pensions qu’avec la CGT nous arriverions à nous entendre, et que cette collaboration se déroulerait un peu comme dans notre syndicat… dans la bonne humeur, le respect l’autre et un bon état d’esprit. Malheureusement, la réalité est tout autre car nos relations avec les membres de la CGT sont devenues trop conflictuelles.

    La présidente se plaint de porter le COS mais n’accepte pas de déléguer les tâches et les décisions à l’équipe et, pour œuvrer en toute tranquillité, ne prévient les membres du bureau FSU qu’après l’application de ses décisions où après s’être assurer que la majorité des votes lui sera acquise …  ainsi, l’histoire tourne toujours en sa faveur !

    Pourtant, la FSU a prouvé à plusieurs reprises sa capacité à améliorer les prestations du COS avec la mise en place des chèques vacances (améliorés la seconde année), imaginé les ventes flashs, les séjours Mondiapic (après un sacré bras de fer avec les élus CGT pour pouvoir les mettre en place), la participation aux séjours sportifs, les tombolas (en fléchant les cadeaux des fournisseurs pour qu’ils reviennent aux agents, ce qui n’était pas le cas précédemment), donner un chéquier kadéos de 30 € à chaque enfant de 13 à 20 ans, le marché de Noël.

    Pour nous tous, il faut ainsi se libérer du temps pour effectuer la réservation des séjours Mondiapic afin d’optimiser les réservations, être présents pour la distribution des achats collectifs, des chéquiers kadéos, des chèques vacances, être dans toutes les commissions pour penser et améliorer les prestations, etc. Un investissement de tous les instants auxquels les membres du COS de la FSU ont consacré beaucoup leur énergie.

    Pourtant, après avoir fait de multiples concessions pour préserver une ambiance respirable et travailler à l’amélioration du fonctionnement et des prestations du COS ces dernières années, nous découvrons et subissons de la part de certains membres de la CGT des agissements inacceptables que nous ne pouvons cautionner sans nous déjuger. TROP, c’est TROP !

    Plus aucun dialogue n’est possible ! Systématiquement, nous devons livrer bataille pour que nos idées soient entendues ! Par exemple, nous avons dû argumenter assidûment pour éviter par deux fois l’augmentation voulue par les membres de la CGT des tickets cinémas.

    Nous nous retrouvons face à un mur, face à des personnes qui nous imposent leurs idées sous prétexte qu’elles détiennent la présidence et donc la majorité ! C’est insupportable et irrespectueux. S’entendre dire ” je suis la présidente et je décide que … ” n’est pas une collaboration intersyndicale normale, intelligente et constructive.

    Les décisions deviennent unilatérales. Dans presque toutes les commissions, nous devons nous battre :

    – Contre notre avis,  et dans un but vexatoire, il a été décidé de changer de prestataire pour le grand voyage. Le résultat est là : le voyage en Ecosse nous a coûté plus cher que prévu, avec une prestation médiocre.

    Après un premier renvoi litigieux en début de mandat d’un agent pour incompatibilité d’humeur avec la présidente, les membres du bureau de la CGT ont couvert toutes les turpitudes d’un autre agent, beaucoup plus « malléable », qui avait pourtant de gros problèmes de comportement avec les agents du COS et aussi certains membres du COS, malgré les alertes de la FSU. Le point de non-retour est arrivé lorsque des pertes financières pour le COS ont conduit les membres du bureau à envisager une séparation à l’amiable.

    A la FSU, nous avons pour éthique de servir, pas de nous servir !

    Sans que la commission sociale ne soit saisie, la présidente nous a annoncé après coup qu’elle avait fait procéder à une avance du COS sur son compte par virement d’un montant de 6000 euros. Or, personne, et encore moins la présidence, ne peut prétendre à une avance de ce montant. Le COS concède des avances sur salaire quand celles-là se justifient. De fait, la présidente s’octroie des droits que les autres adhérents n’ont pas. C’est inacceptable !!

    Pendant le confinement, la présidence organise un Conseil d’Administration par mail. Ce conseil d’administration nous a été présenté avec un argumentaire porté par la présidente, sans documents supports, sans discussion possible, à l’image de ce nous vivons depuis notre alliance avec la CGT ; un mail initialement adressé à un certain nombre de personnes (en oubliant certains titulaires), mais une délibération portée par des votes avec des noms différents…

    Elle demande entre autres un peu plus de 300 euros d’augmentation nets pour l’une des employés du COS, embauchée depuis 6 mois, alors que nous avons une subvention limitée pour les salaires ( Il faut savoir que cela représente un effort d’environ 6000 à 7000€/an pour l’employeur) Cette augmentation sera donc à prendre sur la subvention des autres agents si le maire de Limoges refuse une rallonge de l’enveloppe des salaires.

    Ce n’est malheureusement pas un coup d’essai : à plusieurs reprises, alors que les votes pris par le Conseil d’Administration n’allaient pas dans sons sens, la présidente a refait voter le CA en reprenant et en modifiant légèrement ses argumentaires, afin d’obtenir satisfaction. Où est passé le respect des votes des collègues du CA ?

    Tous ces faits sont connus par les responsables de la CGT de la Mairie de Limoges et de Limoges Métropole. Combien de fois avons-nous dû les alerter sur les dérives de leurs représentants au COS sans qu’aucune mesure, aucun rappel à l’ordre, aucune initiative de leur part ne soit mis en place pour permettre une cogestion saine et apaisée ?!

    Aussi, devant cette situation qui n’est pas de notre fait, et après en avoir débattu avec nos camarades élus au COS, notre syndicat a donc pris la décision d’arrêter sa collaboration avec la CGT.

    Nous préférons nous présenter aux prochaines élections sans alliance, afin de nous assurer de la pérennité des prestations que la FSU a réussi, non sans mal ,à mettre en place et apporter encore des améliorations. Car des idées, nous en avons ! Et nous avons hâte de les partager avec vous et de pouvoir les mettre en place !

    partager:

  • Le droit à manifester rétabli par le Conseil d’État !

    La liberté de manifester enfin déconfinée!

     

    Le conseil d’État, en faisant droit au recours des organisations syndicales CGT, FSU, SAF, Syndicat de la magistrature et Union Syndicale Solidaire, rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas interdire les manifestations au prétexte de la crise sanitaire.

    Le Conseil D’État rétablit la liberté de manifester dans le respect des mesures barrière car cette interdiction générale et absolue, contraire à la liberté d’expression collective des idées et des opinions, à la liberté de réunion et à la liberté syndicale, n’était ni justifiée par la situation, ni adaptée, ni proportionnée.

    C’est une belle victoire collective, salutaire pour les libertés et la démocratie, et de bon augure dans le cadre du débat parlementaire à venir sur la sortie de l’état d’urgence sanitaire !

    partager:

  • Compte épargne-temps : les agents peuvent, temporairement, déposer jusqu’à 70 jours !

     

    Du fait de l’épidémie de Covid-19, les agents territoriaux peuvent exceptionnellement, au titre de 2020, accumuler 70 jours de congés sur leur CET (contre 60 auparavant).

    Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics avait annoncé le 23 avril aux représentants des syndicats la modification en 2020 des règles d’alimentation du compte épargne-temps (CET) dans la fonction publique. L’objectif était de tenir compte de la situation exceptionnelle liée à la crise du Covid-19.

    Traduction de cette annonce, un arrêté paru le 13 mai a fait évoluer, pour cette année, les règles de fonctionnement des CET des agents de l’État et de la magistrature. Les agents territoriaux qui ont un CET ont dû attendre un mois supplémentaire pour connaître le détail des changements qui les concernent. Le décret mettant en œuvre la mini-réforme est en effet paru le 14 juin. Il prévoit que le nombre de jours inscrits “au titre de l’année 2020” sur un CET “peut conduire” à un dépassement, “dans la limite de dix jours”, du plafond global de 60 jours inscrits sur le compte.

    Ce plafond est donc exceptionnellement porté à 70 jours. Le décret précise que les jours épargnés “en excédent du plafond global de jours” peuvent être maintenus sur le compte épargne-temps ou être utilisés les années suivantes, selon les modalités habituelles : utilisation sous forme de congés, ou indemnisation, ou encore prise en compte au sein du régime de retraite additionnelle de la fonction publique (en sachant que pour chaque option, certaines règles bien précises s’appliquent).

    S’agissant des agents territoriaux, le texte ne limite pas davantage la progression, au titre de 2020, du nombre de jours pouvant être conservés en congés (alors que pour les agents de l’État et de la magistrature, l’arrêté du 11 mai fixe une progression maximale de 20 jours, au-delà des 15 premiers jours).

    Par le décret, qui est entré en vigueur ce 15 juin, les pouvoirs publics tentent de “concilier les objectifs de conservation des droits à congés acquis par les agents et de continuité du service public après la période de confinement”.

    Références : arrêté du 11 mai 2020 relatif à la mise en œuvre de dispositions temporaires en matière de compte épargne-temps dans la fonction publique de l’Etat et dans la magistrature afin de faire face aux conséquences de l’épidémie de Covid-19 et décret n° 2020-723 du 12 juin 2020portant dispositions temporaires en matière de compte épargne-temps dans la fonction publique territoriale pour faire face aux conséquences de l’état d’urgence sanitaire.

    partager:

  • Compte rendu du CHSCT du 7 mai 2020

    Posté dans par Aigle4

    Monsieur Le Maire remercie l’ensemble des agents pour la qualité du service public effectué, il a fait part de son admiration devant ” des équipes de qualité, remarquables et dynamiques”.

    Il remercie également l’ensemble des syndicats d’avoir mis de côté leurs revendications et d’accompagner main dans la main la collectivité en cette période.

    Le maire a par la suite dressé un bilan financier de cette crise sanitaire et a évalué la perte financière pour la Ville à 4 millions d’euros (2 millions pour l’achat de masques et protections individuelles et 2 millions de perte de rentrées financières sur les taxes des entreprises).

    Il nous a informés par ailleurs que, comme à son arrivée en 2014, il avait demandé un audit financier sur sa fin de mandat, en intégrant le coût de la crise lié au COVID-19.

     

     

    Concernant le Plan de Reprise d’Activité, on nous explique qu’il faut réapprendre à travailler autrement, avec cohérence et bienveillance en gardant en vue continuellement les gestes barrières.

    Au fur et à mesure, durant les semaines à venir, la DRH va fournir aux différentes directions, des protocoles qui seront ajustés en fonction de la réalité du terrain et des directives de l’État.  Un suivi sera réalisé par la DRH.

    Ensuite, il a été abordé le sujet des personnes dites « à risque », (question FSU) il s’agit de 180 agents qui se sont déclarés auprès de la médecine préventive et qui ont bénéficié d’un suivi particulier. La DRH a proposé à ces agents différentes options, soit d’être en ASA, soit la possibilité d’être temporairement réorientés vers un nouveau poste.

    Pour les agents dont le conjoint est atteint d’une maladie comme un cancer par exemple, il leur est proposé d’être positionnés en ASA afin de préserver leur conjoint.

    Ces dispositions sont effectives au moins jusqu’au 1er juin 2020.

    Pour le Centre Technique, (question FSU) M. TURLAN a expliqué que l’ensemble des agents a été contacté pour évoquer avec eux leur situation administrative au 11 Mai 2020.

    Il est conseillé de favoriser le télétravail quand cela est possible, et pour les agents présents sur site, ils devront appliquer les gestes barrières, mettre en place les différentes consignes d’hygiène et de respecter les distanciations sociales. Les chantiers seront aménagés pour éviter qu’il y ait trop de contact entre les agents.

    Une attention particulière sera donnée aux vestiaires afin qu’ils soient nettoyés plus fréquemment et qu’il y ait moins de monde en même temps. En ce qui concerne la pause repas dans les salles de repos, du matériel de désinfection sera mis à la disposition du personnel pour nettoyer après chaque utilisation les appareils mis en communs (réfrigérateurs, micro ondes, tables, etc.) Enfin, chaque agent amenant ses propres couverts devra les ramener chez lui pour les laver.

    NB : ces préconisations pour le centre technique sont valables pour tous les ateliers techniques de la ville.

     Restaurant municipal : Le COS a fait passer, par communication interne, un message pour la réouverture du restaurant municipal et pour l’organisation des repas qui pourront commencer à partir du 13 mai 2020. Attention ! le prix des repas sera augmenté car des dispositions spéciales seront mises en place (barquettes individuelles).

    Entretien des locaux restés fermés depuis le 23 mars 2020 (question FSU).

    Pour les lieux de passage intensifs, l’entretien se fera 2 fois par jour, avec une attention plus particulière pour le mobilier, les sanitaires et les véhicules.

    En ce qui concerne les crèches et les écoles, un contrôle sur l’absence de légionelle sera effectué.

    La Mairie travaille en étroite collaboration avec le CHU pour tester les agents qui ont été exposés au COVID-19 afin de savoir s’ils sont immunisés, tout en préservant, bien sûr, leur anonymat.

    Les écoles sont dans une situation particulière car les ATSEM dépendent de la collectivité et les enseignants de l’Éducation nationale. Des tensions ont déjà été constatées pour la mise en place des protocoles entre les ATSEM et la direction de certaines écoles. Le maire a attesté que la mairie a tout mis en œuvre pour assurer la santé et la sécurité des agents. Il n’est pas sûr qu’il en soit de même pour l’Éducation nationale. 

    Les ATSEM doivent avertir immédiatement leurs référents si des difficultés adviennent sur la mise en place des protocoles, ceux-ci devront en référer aussitôt à la DRH.

    Suite au vandalisme opéré à l’antenne-mairie de Beaubreuil, les locaux seront transférés dans l’ancienne maison des associations, dans le logement de fonction du gardien, désormais libre. Ils seront aménagés et prêts pour le lundi 11 mai 2020 à 14 h00.

     

    QUESTIONS DIVERSES  (toutes posées par la FSU… !)

    Il a été demandé par notre syndicat, que des protections oculaires (visières, lunettes) soient fournies pour les agents intervenants à l’extérieur et devant être au contact du public.

    Pour le moment, cela n’est pas envisagé mais sera étudié par la médecine préventive. Le médecin préventeur souligne par ailleurs la grande difficulté à doter les agents des protections nécessaires, mais atteste que la mairie fait de son mieux pour pallier à ces manques.

    Il y a eu des cas de COVID-19 à l’EHPAD du Mas-Rome. Un protocole particulier a-t-il été mis en place par la mairie pour la protection des agents ?

    Le maire ainsi que Mme Olivia Merle ont dû fortement insisté auprès de l’ARS pour que tout le personnel soit testé. Tous les protocoles ont finalement été mis en place et régulièrement vérifiés.

    A été constaté que des agents du service des sports ont été réquisitionnés pour nettoyer au karcher les gradins extérieurs de la piscine d’été fermée et qui ne va pas ouvrir de si tôt. On nous a répondu qu’il s’agissait d’agents volontaires, équipés de protections.

    Le Syndicat FSU s’est étonné de déplacer du personnel qui était affecté au portage des repas pour un soutien dans les EHPAD pour effectuer un nettoyage dont le caractère ne nous paraît pas primordial pour la sécurité ou la santé du public

    Une autre question a été soulevée par la FSU concernait la prise de température des enfants avant leur entrée en classe en dotant les ATSEM de thermomètres infrarouges. Le maire répond qu’il en va de la responsabilité des parents et que c’est à eux seulement de prendre la température des enfants avant de les déposer en classe.

    Il y a eu un dysfonctionnement lors d’un enterrement d’un citoyen mort du COVID-19. Un manque d’information auprès des agents fossoyeurs a fait qu’ils ne se sont pas équipés d’équipements spéciaux afin de se protéger.

    La réponse de l’administration a été que seuls les thanatopracteurs doivent porter les équipements adéquats en cas de COVID 19 et nous a certifié que les fossoyeurs ne pouvaient pas contracter le virus lors de l’inhumation.

    Le maire a ordonné alors le retrait des protections spécifiques pour les fossoyeurs dans un souci d’économie budgétaire.

     

    INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :

    CAP de grades : initialement prévue au mois de juin, la CAP est reportée au mois de septembre ou octobre. Le maire a assuré que le personnel ne serait pas pénalisé par ce retard.

    Un CT aura lieu au mois de juin : La FSU a dors et déjà demandé à ce que le télétravail soit un dossier examiné et débattu en séance pour étudier les dédommagements en électricité règlementaires et la dotation de matériel professionnel pour les agents concernés.

    Démission du DGS de la Ville : le maire a informé les représentants du personnel de la démission sous un mois, de Monsieur  MAZIERE pour raison personnelle ( ?!!)

    Madame MAZELIER, actuelle DGA, assurera l’intérim le temps d’un nouveau recrutement.

     

    Conclusion : La FSU regrette que le Plan de Reprise d’Activité ait été élaboré à minima, sans que des réponses précises soient apportées aux inquiétudes légitimes de reprise des agents Service par service, il faudra faire remonter très rapidement au syndicat les incohérences sanitaires dont vous seriez victimes ou témoins.

    Vos élus au CHSCT

    Pascal FILLEUL

    Sandra DUSSOUBS

    Dominique ALARY

    Marie VALOIS

    Christophe RANTY

    Monique LACROIX

    partager:

  • Situation administrative des agents de la ville au 11 mai 2020

    Posté dans par Aigle4

    Limoges, le 06 mai 2020

     

    OBJET : Covid 19 – Gestion administrative du déconfinement au 11/05/2020

     

    NOTE DE SERVICE VILLE DE LIMOGES

     

    Dans le cadre de la reprise progressive d’activité des services prévue à partir du 11 mai 2020, pourront bénéficier d’une autorisation spéciale d’absence, dès lors que le télétravail ne sera pas possible :

     

    • les agents vivant au domicile d’une personne fragile (conjoint, enfant), sous réserve de l’avis du médecin de prévention ou d’un certificat d’isolement établi par leur médecin
    • les personnes fragiles, souffrant d’une pathologie listée par le Haut Conseil de la Santé Publique, sous réserve de l’avis du médecin de prévention.
    • les agents dont les enfants ne peuvent être accueillis dans l’immédiat à l’école ou en crèche, sous réserve toutefois de fournir une attestation de l’établissement ainsi qu’une attestation de l’employeur du conjoint indiquant que celui-ci doit être présent sur son lieu de travail

    Dans le respect du calendrier de la réouverture progressive des écoles (qui reste à confirmer), et en accord avec les services départementaux de l’éducation nationale, les enfants des personnels municipaux pourront être accueillis prioritairement dans leur école de rattachement tous les jours d’école :

    • Le 12 mai (ou le 14 mai pour certaines écoles sur décision de l’éducation nationale) : rentrée en petits groupes des élèves de niveau CP – CE1 et CM2 d’élémentaire
    • Le 18 mai : rentrée en petits groupes des élèves de niveau GS de maternelle, CE2 et CM1
    • Le 25 mai : rentrée en petits groupes des élèves de niveau PS – MS de maternelle

    Pour les niveaux scolaires qui n’auront pas encore repris l’école, un service complémentaire de garderie sera proposé à l’accueil de loisirs de Beaublanc du 11 mai au 19 mai pour les enfants des personnels municipaux dans la limite de la capacité fixée pour garantir la sécurité sanitaire des enfants et du personnel.

    Ce service sera ouvert aux :

    PS-MS-GS-CE2-CM1 les 11,12,14 et 15 mai

    PS-MS les 18 et 19 mai

    Les agents concernés doivent impérativement réserver un accueil en appelant l’un des numéros suivants : 05 55 45 64 58 – 05 55 45 86 56 – 05 55 45 64 51

    Ainsi, à compter de cette même date, les agents qui ne souhaiteraient pas scolariser leur enfant alors que les conditions d’accueil le permettent devront poser des congés.

    Les agents dont les enfants sont scolarisés pourront bénéficier d’aménagement d’horaire selon les heures d’entrée et de sortie de l’enfant.

    S’agissant des agents qui resteraient à domicile compte tenu de la non reprise d’activité de leur service, ces derniers continueront d’être considérés en temps de travail effectif. En conséquence, ils seront susceptibles d’être redéployés en fonction des besoins, y compris en dehors de leur service d’affectation.

    Enfin, je vous rappelle que toute absence liée à un refus de se présenter sur son lieu de travail alors que les consignes sanitaires sont respectées, fera l’objet d’une retenue sur salaire pour absence de service fait.

    Ces dispositions seront susceptibles d’être réévaluées au début du mois de juin, conformément au calendrier fixé par le Gouvernement.

    Pour tout renseignement complémentaire concernant votre situation je vous invite à contacter la DRH – service carrières-paie (65-45 / 62-09 / 64-77 / 61-87 / 65-93).

     

    Émile Roger LOMBERTIE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Destinataires : ensemble du personnel municipal

    partager:

  • COVID-19: Liste des personnes vulnérables

    Posté dans par Aigle4

    La liste des personnes vulnérables sur le site service-public.fr a été mise à jour hier 7 mai et considérablement réduite, suite à la parution du décret n° 2020-521 du 5 mai 2020.

    On n’y trouve plus par exemple insulino-dépendance ni l’hypertension sans complication cardiovasculaire qui y figuraient précédemment…

     

    • les personnes vulnérables présentant un risque de développer une forme grave d’infection au virus SARS-CoV-2 
    • dont la liste a été définie par le décret n° 2020-521 du 5 mai 2020 sont les personnes :
      • âgées de 65 ans et plus ;
      • ayant des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
      • ayant un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
      • présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
      • présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
      • atteintes de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
      • présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
      • atteintes d’une immunodépression congénitale ou acquise :
        • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ; infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
        • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
        • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
      • atteintes de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
      • présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
      • étant au troisième trimestre de la grossesse.
    • les personnes vivant au domicile d’une personne considérée comme vulnérable au regard de ces critères peuvent également bénéficier du dispositif d’activité partielle.
    partager:

  • LE RAS L’BOL LES FONCTIONNAIRES! TOUS EN GREVE LE 24 JANVIER!

    REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE

    REFORME DES RETRAITES

    GEL DU POINT D’INDICE JUSQU’EN 2022

    Depuis le 5 décembre, des centaines de milliers de salariés de tous les secteurs professionnels ont participé aux mobilisations contre la réforme de la retraite par points voulue par MACRON (17 décembre, 9,11,16 et 18 janvier…)

    Face au soutien populaire au mouvement social qui perdure, et à l’extension du mouvement dans la Police Nationale qui menaçait de le lâcher, E.Macron a uniquement protégé de ce système de régression majeure du droit à la retraite les agents chargés du “maintien de l’ordre”. Puis il a fait un geste, pour mettre dans sa poche, deux syndicats qui n’étaient pas dans le mouvement. Il a repoussé la mise en place de l’âge pivot de 2022 à 2027, mais……en maintenant celui-ci ensuite, en l’appelant “âge d’équilibre”; un âge qui pourrait être de 65 ans! Quelle mascarade!!!

    Pour les personnels de la territoriale, il n’y a rien à négocier!

    Même pas la moindre proposition pour éviter la catastrophe annoncée. Fin de fin de carrière difficile, pénibilité des métiers, niveau faible des primes, avenir du régime additionnel sur les primes (RAFT) …

    Par points, c’est bien?

    Pas besoin d’être mathématicien pour comprendre qu’une retraite qui serait liquidée par points acquis au cours de toute une carrière fait disparaître les calculs des pensions basés sur l’indice détenu les 6 derniers mois dans la fonction publique (donc le meilleur salaire) et sur la moyenne des 25 meilleures années dans le privé. Comme le nombre de points acquis en début de carrière sera très faible du fait de la précarité, et de la précarité, et de la faiblesse des rémunérations, quand viendra l’heure de la retraite, la liquidation du nombre de points acquis sera beaucoup plus faible. D’ailleurs, le gouvernement est absolument incapable de sortir un logiciel sérieux pour permettre à chacun de calculer sa pension dans le futur régime. Le gouvernement promet une retraite minimum de 1000 euros pour une carrière complète (?),mais est ce simplement à l’ex minimum vieillesse (ASPA) de 903 euros (au 1/1/2020) qui est récupérable sur succession? Nous n’en savons rien également. Tout cela relève d’une mauvaise farce,dont le seul but est de diminuer les pensions pour satisfaire les appétits aigus des grands groupes d’assurances et de placements bancaires comme le fameux ” Black Rock”.

     

    Gel du point d’indice: un nouveau mauvais coup pour les territoriaux!

    Dans un rapport de novembre, le conseil d’orientation des retraites (COR) a lâché une petite bombe qui concerne la paie de quelque 5 millions de fonctionnaires, dont 1,8 millions de territoriaux. Le gouvernement table en effet sur un gel du point d’indice jusqu’en 2022. Une rigueur salariale plus sévère que celle annoncée dans la précédente projection budgétaire de juin 2019. Le traitement moyen par tête de l’économie française dans les années à venir. On suppose que la progression du traitement indiciaire moyen serait limitée à +0.1% pour les fonctionnaires d’ici 2022 contre 1.86% pour le privé… Les plus bas salaires des grilles indiciaires de la fonction publique sont passés sous le niveau du Smic depuis la revalorisation du salaire minimum au 1er janvier.

    partager: